}

Le Gemmail: art de verre et de lumière à Montrésor

11/08/2017

Le gemmail, rien que son nom intrigue ! Ce n’est pas une adresse mail comme on pourrait être tenté de le croire… Le gemmail aurait plutôt des liens avec l’art. Pour en savoir davantage, filons à Montrésor.

Direction la Halle des Cardeux, en plein cœur de ce village labellisé parmi « les plus beaux villages de France ». Au rez-de-chaussée de cette édifice du 18ème siècle un panneau renseigne sur l’origine de cet art : c’est la contraction de deux mots « gemme » pierre précieuse et « émail » -le liant qui sert à les assembler- qui lui a donné ce nom.

A l’étage, c’est d’abord la semi-pénombre qui surprend. On y pénètre un peu comme dans une église, en chuchotant et à pas feutrés. Bois, tomettes rouges et  pierres de tuffeau habillent ce lieu atypique et une douce musique envahit l’espace. Le regard est ensuite attiré par des puits de lumière jaillissant de l’obscurité.

De loin, le gemmail a un air de famille avec le vitrail. En s'approchant, le mystère s'épaissit et on reste un moment perplexe, il faut l'avouer, face à ces oeuvres originales et si peu connues. Le gemmail est enfermé dans un cadre qui le maintient, un peu comme une pierre précieuse dans son écrin. Inclassable et unique, entre vitrail et peinture, la technique a de quoi surprendre.

Les panneaux permettent d'en savoir plus sur ce travail qui consiste à assembler et superposer les morceaux de verre sur une grande plaque de verre éclairée. La transparence permet à la lumière qui éclaire l’œuvre au dos de traverser ensuite la couleur. Finalement, c’est un peu comme un tableau de peintre mais avec du verre. Du coup, on peut tout représenter, même les détails car la palette est étonnamment riche et subtile. On y apprend même que le célèbre Picasso en a réalisé une soixantaine, tout comme d’autres artistes renommés : Cocteau, Braque ou Toffoli !Vous en verrez quelques-uns dans la vingtaine d’œuvres qui sont présentés. Le gemmail est souvent défini comme un art de verre et de lumière et l'étonnement du début laisse place peu à peu au plaisir de cette belle découverte. En plus, la halle avec son ambiance tamisée est vraiment l’endroit idéal pour le mettre en valeur et révéler cet art surprenant. Après l'expo, une balade sur les balcons de l'Indrois pour continuer à flâner sera la bienvenue.

Commentaires
Laisser un commentaire