}

Les personnages de l'histoire

Ajouter aux favoris Supprimer des favoris

De grands noms de l’histoire de France sont liés à la ville de Loches : Agnès Sorel, dame de beauté et première maitresse officielle d’un roi de France, Foulques Nerra, terrible guerrier et bâtisseur infatigable, à l’origine de la construction du Donjon et Ludovic Sforza, mécène de Léonard de Vinci, prisonnier au donjon de Loches.

Personnages de l'histoire - Loches Val de Loire

Agnès Sorel, dame de Beauté

Dame de cœur de Charles VII, Agnès Sorel vient égayer l’histoire par sa grâce rayonnante et sa beauté renommée dans tout le royaume. C’est au logis royal de Loches, en Touraine, que la belle Agnès et son roi connurent une passion digne des contes de fée.

Le roi la distingue parmi les demoiselles d’honneur d’Isabelle de Lorraine et s’en éprend à tel point qu’elle deviendra la première favorite officielle d’un roi de France.

Influente auprès du roi et de bon conseil, elle saura grâce à son esprit fin et brillant s’entourer de personnages importants comme le marchand et financier Jacques Cœur auprès duquel elle se procure de précieux atours. Étoffes luxueuses et vie fastueuse, Agnès impose son art de vivre.

Provocante et extravagante, elle inaugure la mode du décolleté épaules nues et un portrait du peintre Jean Fouquet l’immortalise sein nu sur l’un de ses tableaux.

Cible de plusieurs conspirations visant à l’éloigner du roi, Agnès disparait prématurément à 28 ans dans des conditions mystérieuses.

Des analyses scientifiques réalisées en 2005 ont permis de révéler que la dame de beauté a été empoisonnée au mercure. On peut aujourd’hui admirer son gisant dans la collégiale Saint-Ours de Loches où deux anges veillent sur son repos éternel.

 

Foulques Nerra, « le faucon noir »

Le donjon de Loches, monstre de pierre

Le donjon de Loches compte parmi les constructions les plus impressionnantes de celui qu’on appelait aussi « le faucon noir ».  Prodigieux bâtisseur et redoutable guerrier, Foulques Nerra est à l’origine de nombreuses constructions en Touraine et Anjou et en Poitou.

Foulques Nerra, comte d’Anjou avait la triste réputation d’être un guerrier cruel et sanguinaire. Il a passé une grande partie de sa vie à combattre ses ennemis et plus particulièrement Eudes II de Blois. Il a imposé  par la force des armes son autorité.

Sa hargne à se battre était égale à sa fièvre de bâtisseur. On lui doit une centaine de châteaux, donjons et abbayes (Montrésor, Langeais, Montbazon, Montrichard…). Le Donjon de Loches est l’une de ses plus impressionnantes constructions. Haut de 36m et aux murs épais de 3m à la base, cet imposant édifice a été érigé entre 1013 et 1035 et il est aujourd’hui l’un des mieux conservés d’Europe.

Redoutable guerrier, Foulques Nerra se montre également très pieux. Il se rend plusieurs fois en pèlerinage à Jérusalem. Il effectue de nombreuses donations en rémission de ses fautes et de son ardeur guerrière, et fonde prieurés, églises et abbayes en Touraine (Beaulieu-lès-Loches, la Chartreuse du Liget ) et en Anjou (Église Saint-Nicolas et l’abbaye du Ronceray à Angers…).

Ludovic Sforza, duc de Milan

Enfermé au donjon de Loches

C’est à Loches que le duc de Milan Ludovic Sforza, rival de Louis XII et grand mécène vécut ses derniers jours. Il mourut en 1508, quelques jours après avoir été libéré de son cachot au donjon de Loches, où il a été enfermé pendant quatre ans.

Son amour pour les arts l’amena à inviter à la cour ducale et à protéger des personnages de renom tel que Léonard de Vinci. Il s’investit activement dans le mécénat et transforma Milan en une cour brillante et enviée. Il porte la responsabilité des guerres d’Italie et son goût pour les intrigues le conduisit à entrainer le roi de France Charles VIII dans la conquête du royaume de Naples, Ludovic Sforza favorise finalement l’invasion de son duché par les Français.

À la mort de Charles VIII, Louis XII reprit les guerres d’Italie avec la volonté de s’imposer à Milan comme unique héritier légitime par sa grand-mère Valentine Visconti. Ludovic Sforza est fait prisonnier par les Français à Novare le 10 avril 1500. Emprisonné en France, il serait mort au Donjon de Loches en 1508 au terme de quatre années de détention.

Son cachot conserve encore aujourd’hui la trace de son passage avec ses nombreuses peintures et inscriptions de sa main.